0
Category

Rapports des baladeurs

Promenade du 3 novembre 10

By Rapports des baladeurs

Ce jour-là, que 4 baladeurs se sont annoncés pour la marche, dommage, car le temps semble bien agréable. Bien ensoleillé à Bienne, quelques bancs de brouillard nous surprennent du côté du Fuet où nous parquons la voiture. Ce n’est pas ce petit crachin qui va décourager ces 4 hardis marcheurs.

En route, d’un bon pas, nous approchons déjà des premières fermes. Même en étant aveugle, le repérage est très facile, les parfums que ces paysans dispersent dans leurs prés nous indiquent de suite que nous ne sommes plus en ville. Un petit café du côté de Bellelay serait le bienvenu, car le site est accueillant, mais les portes restent closes. Les baroudeurs du jour s’en accommodent  et se voient contraints d’oublier cette délicate saveur de Nespresso si chère à Mister Clooney!  Pour nous consoler, Jürg nous offre des pastilles à la menthe, eh oui, Papa poule est avec nous.

Le doping à la menthe nous donne des ailes et en peu de temps nous avons gravi la colline qui nous conduit tout droit à l’église des Genevez. Celle-ci datant de 1624 a été transformée dans les années 30 et s’est magnifiquement enrichie de vitraux de Yves Voirol en 2003, que nous admirons, mais qui ne nous font pas oublier que l’heure de l’apéro approche. Après encore un bref coup d’œil aux villas construites récemment, nous nous dirigeons vers « Le Chat bleu », qui n’est autre que le seul restaurant du village.

Nous sommes chaleureusement accueilli par une dame ayant bien de la conversation, dans tous les sens du terme. Celle-ci, heureusement pour les baladeurs mariés, a spontanément eu un petit  faible pour André, elle ne manqua pas de lui faire savoir à chaque passage en lui tapotant légèrement l’épaule. Et lui demandant, si il est bien assis, si le menu est bon, si il veut bien déguster le rouge,si il lui convient,  etc…. André est ravi et confus,  mais il a aussi remarqué que chaque fois que la dame se penchait sur lui, elle offrait une vue panoramique de ses attributs aux autres convives, désolé André. Et puis nous attendions Claudy, mais après un bref coup de téléphone,  nous avons du nous résigner  à manger sans lui. Dommage, car les menus étaient  excellents et servis à la perfection, grâce à qui ? Devinez.

Et puis la marche reprend ses droits, à travers pâturages et forêts, quel plaisir, les absents ont une nouvelle fois tort. C’est à ce moment-là que Maxime nous apprend que les fameux globes de cristal dénichés à Tramelan ont atterri à nouveau dans la poubelle du verre usagé. Soit ils étaient trop modernes, soit trop anciens, parait-il que le pas de vis de la fixation de la rue du coteau ne correspondait pas à celle des globes, dommage, surtout pour nous car pas de globe pas d’inauguration….

C’est à ce moment qu’André nous offre une tablette au caramel, une petite consolation. Nous atteignons la voiture et décidons de rentrer en passant par  Montbautier. Nous découvrons ce petit hameau qui fait partie de la commune de Saicourt, là-haut perché à 1163m,il est bien discret. Puis nous continuons notre route et faisons une petite halte à Rière Jorat chez Kiosk Berti ou kiosk Berta qui se trouve au-dessus de Tramelan, d’où par temps clair la vue est certainement magnifique.

Puis il est temps de regagner nos pénates, nos chères moitié doivent commencer à se languir de nous, c’est pourquoi nous nous hâtons de rentrer.

Une ballade de plus qui devrait encourager un plus grand nombre à y participer.

Participants : Maxime, André, Jürg et Bernard

Promenade du 6 octobre 10

By Rapports des baladeurs

Le temps est au beau fixe, il est temps de reprendre nos marches si appréciées. Les mois de juillet, août et septembre ayant été consacrés aux grandes migrations estivales, faute de combattant les marches ont été annulées.

Le Knie ayant libéré la place de la Gurzelen, les baladeurs y ont rendez-vous à 9h00. Maxime, Georges, Jürg et moi-même s’y retrouvent. M. Bratschi de Péry nous retrouve à la gare du même nom.

Ayant pu parquer à bon compte aux abords de la gare de Tramelan, c’est de là que sac au dos nous rejoignons Les Reussilles, ou le café/croissant est bienvenu. Après avoir consulté le panneau indiquant La Chaux des Breuleux, nous entamons notre marche. Le soleil est radieux, c’est un  vrai plaisir  de suivre les sentiers, même si à quelques endroits le sol est très  humide et colle aux baskets. Au sortir d’une forêt, le pâturage que nous apercevons est beaucoup plus accueillant, les chevaux en liberté nous y attendent et se laissent flatter, même Jürg s’y hasarde, c’est dire la docilité de ces animaux !!

Quelques clichés en leur compagnie et la marche se poursuit en traversant une nouvelle forêt où nous rencontrons un chasseur qui nous confirme que nous sommes sur le bon chemin, ouf : on n’est pas perdu……

Nous arrivons à la Theurre ou nous attend le chauffeur de M. Ammann. En effet, notre ami Claudi  est installé à la terrasse de la Couronne. Ne voulant pas le laisser seul boire l’apéritif, un demi de blanc est rapidement commandé, puis partagé, ces Neuchâtelois  fabriquent vraiment un bon breuvage. Le plat du jour permet de bien caler les estomacs, accompagné d’un  petit rouge bio qui nous console d’avoir marché 3 km de trop. En effet, si nous avions suivi le conseil de Maxime et non les poteaux indicateurs, nous serions arrivés plus vite à notre rendez-vous.

Le repas terminé, Jürg nous quitte, drivé par Claudi, car notre cher président à une mission matrimoniale à remplir, Basile et Mila attendent leur grand-papa à Blonay. Ces garnements accompagnés de leurs parents ayant cassés le motorhome des grands-parents, il est temps de rapatrier la roulotte de France ! (parenthèse fermée)

Et nous les baladeurs reprenons notre route, nous rencontrons à nouveau quelques endroits marécageux et arrivons au Cernil et là il fait très chaud, pas d’ombre et surtout pas de bistrot à l’horizon. Enfin nous rejoignons Tramelan et faisons une découverte sensationnelle, devinez, vous ne trouverez jamais:

Un vrai trésor, des globes en verre qui à si méprendre ,ressemblent à du cristal,  elles sont taxées, par certain baladeur, de valeur inestimable. Celles-ci ont été jeté dans une benne  à ordure, certainement de nouveaux riches qui n’ont aucune idée de la valeur de notre découverte, même les ampoules y sont encore incorporées. Une aubaine extraordinaire qui va sans aucun doute embellir la villa de la rue du Coteau 18, c’est Lucette qui va être contente.  Le maître des lieux est en tout cas ravi de sa découverte. Peut-être aurons-nous le privilège d’être invités pour l’inauguration !! Qui sait…..

Avec les baladeurs, il se passe toujours quelque-chose, venez donc nous rejoindre, car c’est un vrai plaisir de marcher ensemble.

Avis aux amateurs.

Promenade du 3 juin 10

By Rapports des baladeurs

Malgré un temps incertain, 6 valeureux baladeurs se donnent rendez-vous à la Gurzelen, direction les Franches-Montagnes.Ce sont : Francis Scherz , Pierre Schweizer, Maxime Cortat,  Jean-Claude Grosjean , André Bratschi et Bernard Huguelit. Arrivés à Saignelégier, Georges Aeby nous y attend, car lui, c’est par l’intermédiaire des CFF/CJ qu’il nous rejoint.

Le carrefour des Reussilles étant franchi pour la première fois par la voiture  Nr 1, ceux-ci se retrouvent bientôt aux Breuleux… Heureusement, Pierre étant un passager averti, la bonne direction est reprise rapidement. Enfin nous nous retrouvons tous au lieu de rendez-vous et nous nous mettons spontanément en route direction Muriaux, nous y faisons un petit arrêt café/demi croissant au National (la patronne n’ayant pas pu prévoir notre visite, il n’y avait qu’un croissant pour deux) Là, étant donné les conditions humides, nous nous informons sur la direction à prendre afin de rejoindre Le Theusseret. Trois MM. de notre génération,  nous  conseillent de prendre le sentier: à gauche en sortant  du restaurant, sitôt dit sitôt fait, à quelques centaines de mètres de là, nous posons la même question à un paysan du coin. Lui nous conseille de prendre la direction opposée, car dit-il après quelques centaines de mètres, vous serez mouillés jusqu’au slip. Nous suivons  les conseils de l’homme de la terre, car les trois lurons rencontrés au bistrot, ne devaient pas être de grands marcheurs… Nous nous engouffrons alors dans la forêt, le sentier est bien balisé mais pentu et surtout très humide. Les 7 baladeurs sont plein d’entrain et en peu de temps rejoignent la route cantonale, mais le chemin est encore long et  ce n’est que vers 11h45 que nous arrivons à Goumois où une table nous est réservée. Apéro, puis cuisses de grenouilles, truite pour certains où friture de carpe où encore jambon/frite nous requinquent, car la suite du programme est façonnée pour les costauds! En effet ce matin nous sommes descendus de 450 m, il faudra donc les remonter… si l’on veut récupérer nos autos.

Il est 14h00, les six valeureux baladeurs se mettent en route, Francis nous rejoindra à Saignelégier en bus, ce qui est très sage. Après 1h30 de grimpe, car par endroits le sentier est vraiment très pentu et glissant, nous arrivons au sommet. A notre stupéfaction, nous ne sommes pas à Saignelégier , mais aux Pommerats !! Le problème n’est pas très grand , puisque le car qui transporte Francis passe par-là. Quelques minutes d’attente et nous embarquons dans le véhicule des CJ, 6 minutes plus tard nous sommes à  Saignelégier. Après un dernier verre au restaurant du Soleil, le seul astre brillant ce jour-là, nous rejoignons nos pénates. A nouveau une belle camaraderie est à signaler, ainsi que le courage de Maxime qui n’était pas au mieux de sa forme ce jour-là.

Promenade du 12 mai 10

By Rapports des baladeurs

Rendez-vous à la Gurzelen. Départ en voiture pilotée par Maxime direction Péry, où nous attend André, notre guide de la journée. Les baladeurs du jour se mettent en route, le but étant d’atteindre le sommet de la montagnepour midi. En route nous trouvons d’autres pélerins, en effet en longeant les  sentiers, ce sont des centaines d’escargots qui tentent de hisser leurs maisons hors de la forêt. Les yeux rivés au sol, nous évitons d’entrer en collision avec eux, ce qui pourrait être catastrophique, surtout pour eux !  Après un dernier «rusch», nous sortons de la forêt, un soleil radieux nous accueille, et puis encore quelques hectomètres et nous arrivons à la Métairie de Sorvilier. Le Mont s/Rolle servi pour l’apéro est un premier moment de bonheur. Le repas qui suit,  un deuxième: salade verte, côtelettes et carottes suivis de succulents röstis , accompagnés d’un petit rouge de la campagne zurichoise. Petite anecdote: jusqu’à ce jour, lors de nos périple, nous n’avions encore jamais été servi par une adepte de sumo!! Vers 13h30, en route, le panorama est magnifique, nous pouvons même entrevoir les 3 lacs. Puis nous arrivons au Pré la Patte, et là, Françoise nous sert une bière bienvenue. Ragaillardis, la descente jusqu’à Péry nous semble moins longue. Arrivés chez André, il nous invite encore pour déguster un verre de rosé, agrémenté d’un diaporama qu’il a tourné lors de son périple en Birmanie. Merci André !

Participants : Maxime, André, Jean-Claude, Ernest, Bernard

Promenade du 14 avril 10

By Rapports des baladeurs

Rendez-vous au stade de Glaces. Départ à 09h00 à nouveau direction Pony-Ranch pour le petit café/croissants, offerts par Maxime. Puis nous nous engageons dans la forêt et suivons la crête, qui nous amène sur les hauts de Safnern, nous traversons le village et arrivons au canal de Nidau/Büren. Au passage, nous pouvons faire un petit bonjour à notre collègue J.-P. Rossel, qui se trouve dans son jardin. Nous longeons le canal, pour arriver à midi pettant au Rest. du Jura à Brügg. Apéro sur la terrasse suivi d’un excellent repas servi à l’intérieur. Vers 13h30 décision est prise de rejoindre Nidau pour arriver à la  gare de Bienne. C’est là que Georges décide de nous quitter et de reprendre le train pour rejoindre sa Juliette à Marin. Jean-Claude en fait de même et rejoint sa Barbara.  Après une dernière bière chez Guitol, offerte par André, nous nous acheminons direction Boujean. Beau temps et température idéale pour la marche.

Participants : Maxime, André, Jean-Claude, Georges, Bernard

Promenade du 3 février 10

By Rapports des baladeurs

Rendez-vous au stade de Glaces. Départ à 9h40 direction Mâche, PonyRanch

où nous prenons un petit café/croissants, offerts par André. Puis, jardin Robinson, champs de Boujean et nous arrivons au Bocciodrome  pour le repas de midi. Vers 14 h00 en route vers la rue de l’Octroi, parc des animaux fin de la marche au Ried du bas/maison Robert. Matin: temps pluvieux, neige fondante, après-midi soleil radieux.

Participants : Maxime, Jean-Claude, André, Ernest, Bernard. Jürg nous  accompagne pour le repas de midi.

Promenade du 6 janvier 10

By Rapports des baladeurs

Rendez-vousà la station  du funi de Macolin. Départ à 9h40, à pied, par le Pavillon, direction le chemin de vignes. En route Jean-Claude nous offre le    thé-rhum, quelle aubaine. Arrivée à 12h15 à Douanne, repas à l’Ilge, menu : les traditionnelles nouilles chinoises. Nous repartons vers 14h00 direction Bienne, en longeant les rives du lac. Arrivée à Bienne vers 16h30. Sentiers recouverts de neige, et température fraîche, agréable pour la marche.

Participants : Jürg, Maxime, Jean-Claude, André, Bernard

Promenade du 6 janvier 10

By Rapports des baladeurs

Le plaisir de passer une journée ensemble, tout en marchant est très apprécié. Nous avons décidé, que notre prochaine sortie, partira de Bienne.

 

Pour tous les intéressés, rendez-vous à la Station du Funi de Macolin, Seevorstadt 19, Bienne.

 

Départ à 09h30

 

Le but : Le chemin du vignoble et des pélerins (Bienne-Gaicht-Douanne-Gléresse-Maupras-La Neuveville)

 

09h30              départ par le Pavillon

12h00              arrivée à Douanne, dîner au Restaurant « zur Ilge »

13h30              départ de Douanne

15h45              arrivée à la Neuveville

16h21 ou 16h52 trains pour Bienne

16h37 ou 17h08 arrivée à Bienne

 

A bientôt, salutations

 

Jürg

Promenade du 4 novembre 09

By Rapports des baladeurs

Départ de Bienne au même endroit que lors de notre dernière course, c’est-à-dire au croisement de la Rue Lienhardt – Rue du Coteau à 10h00.

 

La montée jusqu’au restaurant est d’environ 1h1/2.

 

Après le repas de midi, nous pouvons continuer notre promenade par la crête et arriver à Romont.

 

Le bus direction Bienne part de Romont  à 16h15, arrivée à Bienne-gare 16h44.

 

En espérant que le beau temps nous accompagne.

 

Salutations aux intrépides marcheurs

 

Bernard

 

22.10.09